Menu
location-icon
Votre chantier
agence
Nos agences
closeMobileSearchButton
Que recherchez-vous ?

Travail en hauteur : quelles sont les précautions à prendre ?

Travail en hauteur : quelles sont les précautions à prendre ?
Le travail en hauteur est la troisième cause de mortalité au travail et d’incapacité permanente en France. Les chutes de hauteur représentaient 70 600 accidents du travail en 2018 (source Assurance Maladie).

Le travail en hauteur est la troisième cause de mortalité au travail et d’incapacité permanente en France. Les chutes de hauteur représentaient 70 600 accidents du travail en 2018 (source Assurance Maladie).
Le secteur du BTP est particulièrement touché, c’est pourquoi il convient de prendre toutes les mesures de sécurité pour éviter les accidents. Travail en hauteur : ce que dit la loi

Dans l’Hexagone, toutes les interventions nécessitant des travaux en hauteur doivent être effectuées par des personnes ayant reçu une formation. C’est l’employeur qui est responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés. Il est donc tenu d’informer ses salariés sur les risques professionnels, et de les former afin d’assurer leur sécurité lors de l’exécution de leurs tâches sur leur lieu de travail.

Travail en hauteur sur échafaudages

Le montage et le démontage des échafaudages doit être réalisé par des travailleurs ayant reçu une formation spécifique, et ce, sous la direction d’une personne qualifiée. La formation aborde différents points :

  • la compréhension des plans de montage, de démontage et de transformation ;
  • la sécurité lors des diverses étapes – montage, démontage, transformation ;
  • la prévention des risques de chute de personnes et d’objets ;
  • les mesures de sécurité en cas de changements météorologiques qui pourraient affecter la sécurité de l’échafaudage et donc des personnes ;
  • la connaissance des efforts de structure admissibles.

Travail en hauteur sur des PEMP

Le travail en hauteur peut également être effectué à l’aide de plateformes élévatrices mobiles de personnes (PEMP), comme une nacelle à mât vertical, un camion nacelle ou une nacelle télescopique ou araignée. Le Code du travail impose que seules les personnes en possession d’une autorisation de conduite délivrée par l’employeur sur la base d’une évaluation sont habilitées à conduire une PEMP. L’évaluation prend en compte :

  • l’aptitude médicale de l’opérateur ;
  • un contrôle de connaissances pour la conduite d’une PEMP ;
  • sa compréhension des lieux et des consignes à respecter.

La Caisse nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) distingue 6 catégories de PEMP. Un certificat d’aptitude à la conduite en sécurité (CACES®) spécifique est associé à chaque catégorie. Le CACES® permet de justifier les connaissances des opérateurs.

Formation caces

Avec Kiloutou, formez-vous au CACES pour pouvoir conduire des nacelles en toute sécurité. Inscrivez-vous à nos formations clients.

Utilisation des EPI

Le port d’équipements de protection individuel (EPI) est lui aussi indispensable pour assurer la sécurité des opérateurs lors de travaux en hauteur : casque, gilet de signalisation haute visibilité, harnais antichute et longe.

L’obligation d’information de l’employeur

L’employeur doit informer les salariés :

  • des risques contre lesquels l’EPI les protègent ;
  • des conditions d’utilisation des EPI ;
  • des instructions concernant les EPI ;
  • des spécificités du site sur lequel ils interviennent.

La formation

Les salariés doivent suivre une formation spécifique sur l’utilisation des EPI contre les chutes de hauteur. Cette dernière comprend :

  • l’entraînement au port de l’équipement – harnais, longe, casque, etc.
  • une éventuelle formation aux interventions de secours et de mise en sécurité.

Entretien et vérification des équipements

Pour minimiser le risque de chute, il est indispensable de réaliser un suivi régulier du matériel (échafaudage, PEMP) et des EPI (harnais, longe, mousqueton).

Échafaudages

Les vérifications des échafaudages visent à s’assurer des éléments suivants :

  • montage correct, adéquation de l’équipement après chaque modification ;
  • bon état de conservation tous les trimestres ;
  • bon état général, grâce à une vérification quotidienne.

PEMP

Les PEMP, ainsi que les plateformes suspendues et les plateformes le long du mât doivent faire l’objet d’une vérification lors de leur mise ou remise en service. Il convient de contrôler à ce moment les éléments suivants :

  • montage correct ;
  • adéquation de l’équipement au travail à réaliser ;
  • bon état.

Une vérification plus approfondie des nacelles tous les 6 mois est également nécessaire pour s’assurer de l’état du matériel.

EPI

Les EPI doivent faire l’objet d’une attention particulière eux aussi. La vérification des équipements de protection individuelle permet de déceler les éventuelles défectuosités qui pourraient provoquer des situations dangereuses. Les EPI doivent être stockés dans les conditions indiquées par le fabricant. Il est aussi indispensable de vérifier leur bon état et de s’assurer que les observations faites lors des vérifications ont été prises en compte.

EPI

Ce qu’il faut retenir

Pour réaliser des travaux en hauteur en sécurité, il faut savoir que :

  • les interventions doivent être effectuées par des personnes ayant reçu une formation ;
  • le montage et le démontage des échafaudages doivent être réalisés par des travailleurs formés sous la direction d’une personne qualifiée ;
  • seules les personnes en possession d’une autorisation de conduite sont habilitées à conduire une PEMP ;
  • le port d’équipements de protection individuel (EPI) est indispensable ;
  • un contrôle du matériel (échafaudage, PEMP) et des EPI (harnais, longe, mousqueton) doit être réalisé régulièrement.